MEGSIE + What if I say I'm not like the others.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Messages : 24
Race : Humain
Emploi/Études : Scientifique, vétérinaire
DC : /

WHAT IF I SAY I’M NOT LIKE THE OTHERS
What if i say i’m not just another of your plays. You’re the pretender. What if I say I will never surrender.  
Je déteste Iris. Cela faisait des mois que je l’avais prévenue pour la cérémonie il y a des semaines. Elle m’a dit qu’elle serait là. Et le soir même, qu’est-ce que je trouve sur la table en rentrant ? Un petit mot de ma chère colocataire qui me dit qu’elle a été appelée d’urgence, donc qu’elle ne peut pas venir ce soir. Je n’aime pas ça. Elle ne pouvait pas m’envoyer un message pour me le dire, c’était trop compliqué ? J’allais donc passé une soirée pompeuse au possible, seul, et sans doute entouré de Tysts ? Génial. J’avais hâte tient.

Mais ça, c’était avant que je lise le reste de sa note. Avec un petit smiley souriant à la fin, elle me disait qu’il n’y avait pas à s’inquiéter, qu’elle avait tout prévu et que je ne serais pas seul. Connaissant Iris, oui je m’inquiétais, et peu importe ce qu’elle avait fait, j’étais presque sûr que j’aurais préféré être seul. Apparemment il était question que je me rende à une adresse bien précise, pour y retrouver ma cavalière de ce soir. Une escorte ? Vraiment ? Iris balanais vraiment l’argent du Centre par les fenêtres, si vous voulez mon avis.

Je savais pourquoi Iris m’avait écrit ce mot et ne m’avait pas envoyé de message ou appelé. Parce qu’elle savait que j’allais râlé, ne pas aimer l’idée et lui dire d’annuler tout ça. Et elle avait parfaitement raison. Mais maintenant, c’était trop tard. J’avais à peine le temps de me changer, d’aller chercher ma cavalière, puis d’aller à l’université où se tenait la cérémonie. En effet, il s’agissait d’une sorte de grand cocktail de fermeture de cette semaine entière de conférences diverses, auxquelles on m’avait invité à participer.

Je n’aimais pas ce genre d’événement, mais je ne pouvais pas y échapper. Ma carrière en temps que scientifique dépendait de ce genre de choses. Et bien sûr, c’était toujours mieux vu d’y venir avec une jolie demoiselle à son bras. En parlant de ça, je venais d’arriver à l’adresse que m’avait indiqué Iris. J’attendis, appuyé contre ma voiture, dans mon costume impeccable avec noeud papillon. J’espérais qu’Iris n’avait pas oublié de préciser qu’une tenue des plus chic était de rigueur. Mais pas trop non plus. Je ne voulais pas me faire remarquer plus que nécessaire. Si j’avais été un Tyst, peut-être. Mais je n’en étais pas un.

Après un court moment d’attente, je vis une silhouette féminine s’approcher. Une brune, dans une belle robe, il s’agissait sans doute de mon escorte de ce soir. Je restais patient. Je n’allais pas lui sauter dessus non plus. Je ne connaissais pas cette fille. D’ailleurs je n’aimais pas l’idée de passer la soirée avec une inconnue. Mais plus elle se rapprochait, plus je pouvais distinguer les traits de son visage, avant de réaliser que j’avais déjà vu cette femme quelque part. Mon cerveau fit le lien alors qu’elle arrivait à ma hauteur.

- Jewel ? Du bar ? Mais… Qu’est-ce que tu…. Mh… Désolé, bonsoir.


J’étais étonné, mais ce n’était pas une bonne raison pour perdre mes bonnes manières. J’étais anxieux avant qu’elle n’arrive, parce que… Et bien parce qu’il s’agissait d’une inconnue. Mais maintenant que je savais qui c’était, plutôt une bonne amie en plus, et bien j’étais toujours aussi anxieux. J’avais passé plus de soirée à raconter ma vie à cette jeune femme alors que j’avais bu plutôt que sobre.
code by bat'phanie

_________________
« Sad but True »
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
*

Messages : 192
Race : Humaine
Emploi/Études : Barmaid, escorte, masseuse, étudiante en architecture
DC : None
I think I have a heart attack
But you make me wanna act like a girl, Paint my nails and wear high heels, yes you, Make me so nervous, that I just can’t hold your hand, You make me glow, But I cover up, won’t let it show, So I’m puttin’ my defenses up 'Cause I don’t wanna fall in love, If I ever did that, I think I’d have a heart attack, I think I’d have a heart attack

C'est tout juste si j'ai eu le temps de mettre les pieds sur le tapis d'entrée qu'on m'assommait d'un « enfin! Y'était temps que tu rentres, dépêche-toi tu travailles ce soir et t'as intérêt d'assurer! » Salut Papa! Moi aussi je suis pseudo-contente de te croiser ce soir! Comment a été ta journée? Oh très bien! Merci de t'en soucier! Quoique tout ça relèverait un jour du miracle s'il daignait m'accorder ce genre d'attention. Ça demandait beaucoup trop d'effort pour son coeur vide de sentiment quelconque sauf pour l'argent. Ça l'argent, il la marierait s'il le pouvait, j'en suis presque sûre. Balançant mes chaussures en travers d'autres paires qui traînaient dans l'entrée, je grimpai l'escalier pour monter dans ma chambre. Je n'avais pas pris la peine de demander quelle sorte de boulot j'aurais à accomplir. Soit il viendrait m'en parler, soit il avait déjà sorti mes vêtements du soir. Entrant dans la pièce baignée dans une douce lumière du soleil, je regardai partout autour de moi. Une robe était sortie et étendue sur mon lit avec bien sûr, les dessous aguicheurs que j'allais devoir porter. À en juger par les dessous, le client devait être vachement important!

Laissant tomber mon sac sur le sol, je poussai un petit soupire en m'avançant vers l'ensemble étendu. En vrai, la robe blanche ajustée était magnifique. En d'autres circonstances, j'aurais été plus que ravie de l'essayer et de la montrer aux gens, mais là c'était franchement différent. M'asseyant sur le lit, je posai le bout des doigts sur le tissu soyeux. Ça ressemblait tant à un cadeau empoisonné, tellement que j'ai eu l'impression que le bout de mes doigts m'électrifiait un petit peu plus à mesure que j'effleurais le tissu. Une sorte de mélancolie se lisait présentement sur mon visage. Jamais mon père ne pourrait m'offrir pareil vêtement simplement pour me faire plaisir. C'était franchement décevant... délaissant la robe du regard, je me concentrai sur le dessous tout juste avant d'afficher une moue dégoutée. C'était tellement provocateur... Saisissant la petite culotte dans mes doigts, je l'étirai un peu dans tous les sens avant d'en faire un presque arc à flèches. Je visai ma porte et alors que j'ouvrais les doigts pour laisser partir le sous-vêtement tel un élastique, la porte s'ouvrit et il s'écrasa sur mon paternel. Manquait plus que ça. La surprise d'abord puis un semblant d'air de reproche. « Un peu de maturité, je les paie cher ces trucs! » J'haussai un sourcil avant d'afficher un rictus mauvais. C'était une vraie mauvaise blague! Il portait plus attention à des vêtements qu'à sa propre fille... Vraiment, il était le père de l'année!

Il m’expliqua en quoi consistait ma rencontre de ce soir et lorsqu’il quitta, je retins une folle envie de me mettre à hurler pour me défouler. J’en pouvais plus! Quand allais-je avoir du temps pour moi? J’étais toujours à travailler, si ce n’était pas au bar c’était pour lui… Quand allais-je simplement pouvoir dire que je voulais aller voir un film au cinéma? Probablement jamais de son vivant à lui… ou jusqu’à ce que mon corps devienne désuet. Je fixai mon réveille-matin qui me renvoya l’heure numérique… Je n’avais pas beaucoup d’autres choix que de me préparer à ce qu’il paraissait. Sautant dans la douche, j’y pris grandement mon temps, le seul temps que je pouvais m’accorder vraiment. Ensuite, préparation des cheveux, du maquillage pour camoufler les marques bleuâtres sur le bord de ma mâchoire, j’enfilai les dessous puis la robe avant de me contempler dans le miroir. Le pire dans toute cette histoire c’était sûrement que j’étais belle et attirante alors que je me trouvais vachement hideuse et surfaite… Tout ça ne représentait tellement pas ma personnalité… En fait, je n’étais même pas sûre d’en avoir une tant je jouais toutes sortes de rôles différents dans une semaine. Attrapant quelques bijoux pour compléter l’ensemble, un dernier coup d’œil au miroir, je descendis les escaliers quand on m’appela.

J’arrivai au pied de l’escalier et j’entendis l’éternel sermon de mon père, le même depuis qu’il m’envoyait accompagné des hommes et des femmes en manquent de quelqu’un pour les aimer. Restant totalement de marbre, je franchis le pas de la porte et j’entendis la porte se refermer derrière moi. Malgré tout, je savais qu’il regardait par la fenêtre tout juste à côté. Il devait me tenir à l’œil. C’était plus fort que lui. M’avançant tranquillement vers la voiture et l’homme appuyé dessus, mon cœur se mit à cogner fort dans ma cage thoracique. Est-ce que j’allais encore devoir essuyer des remarques grossières, des coups? Il y avait toujours cette angoisse qui me prenait quand je m’approchais de mes contrats. J’avais que peu d’espoir d’être bien traitée, j’étais qu’une catin après tout.

La surprise dûe se lire l'espace de quelques secondes alors que mon client ici ce soir était un de mes clients au bar. Eh merde! Moi qui voulait tenter de séparer mes deux vies... Une chance que je donnasse Jewel comme prénom partout... Ça allait éviter bien des problèmes de compréhension ce soir. La surprise laissa place à la gêne en mon intérieur. Wow le jugement qu'il porterait sur moi à partir de ce moment... La fille qui loue ses services d'un soir et qui vous saoule sur demande... « ... Bonsoir... » C'était vraiment gênant. Ce client-là au bar, bien qu'il grognât toujours, je l'appréciais. C'était un bon client et une bonne personne... Comment se serait dorénavant? Demanderait-il d'être servi par une autre fille maintenant qu'il connaissait une partie de la vérité à mon sujet. « Je ne savais pas que tu faisais des demandes du genre... » Par là j'entendais louer une fille pour une soirée. C'était loin d'être un reproche, c'était toujours de la surprise parce que je ne me serais pas attendue à quelque chose du genre de sa part... Du moins, de ce que je pouvais connaître de lui. Secouant la tête et me reprenant, j'affichai un sourire en coin comme je savais si bien les faire au bar. « Surprise! Ce n'est sûrement pas à moi que tu t'attendais, mais que veux-tu! Ça l'air que tu seras pris avec moi ce soir! » Autant essayer d'en profiter et de croiser les doigts qu'il reste le gentil client du bar. « Où allons-nous exactement? J'ai été briffée un peu, mais pas dans les détails si on veut... » Je continuai de sourire avant de m'approcher davantage de la voiture et d'y monter quand on m'y invita... Après tout, il y avait une comédie à aller jouer.

code by black arrow


_________________
it’s you and i
we are clumsy newborns with curious hands. we are the stars that caught fire in the cosmos, generations before the earth pressed it’s molten clay together. ▬ once, we were the youngest creatures to ever exist. now, we are poets and landmines. we are volatile and reckless and in love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 24
Race : Humain
Emploi/Études : Scientifique, vétérinaire
DC : /

WHAT IF I SAY I’M NOT LIKE THE OTHERS
What if i say i’m not just another of your plays. You’re the pretender. What if I say I will never surrender.
Ma cavalière semblait presque déçue. Tout du moins, c’est l’impression qu’elle me donnait à me dit que je n’avais la tête du genre de type qui se paye des escortes pour une soirée. Et elle avait raison. Ca me serait jamais venu à l’esprit de faire une chose pareille. C’était presque comme de la prostitution, mais en plus classe. Dans tous les cas, ça restait du trafic d’humain. Je me demandais si les Tysts avaient recours à ce genre de service. J’en doutais. Ils étaient tellement parfait, ils n’avaient pas à s’abaisser à ça. Puis un tyst n’avait pas à se présenter avec une jolie fille à son bras pour se donner de la valeur et se sentir accepté par la société. Je pourrais être du même avis et suivre cette philosophie. Cependant, je n’étais pas un tyst et j’étais un peu vieux jeu aussi, il fallait l’admettre.

Je n’aimais pas qu’on se fasse des idées sur moi. Je grimaçai en guise de réponse, évidemment, je n’allais pas laisser Jewel dans l’erreur. Alors je me permis de me justifier :

- Ce n’est pas moi. D’habitude ma colocataire m’accompagne pour ce genre d’événement. Mais elle a eu un empêchement de dernière minute. Et elle ne voulait pas que je sois seul ce soir alors elle a fait appel à vous.

Ce n’était pas la peine de rajouter qu’elle en avait sans doute fait exprès pour m’embêter, c’était bien son genre. Jewel avait déjà dû bien comprendre à quel point cette situation toute entière m’agaçait. Comme tout d’ailleurs. Je forçais un sourire. Jewel essayait de détendre l’atmosphère.

- Ce n’est pas la peine de te forcer tu sais. Ca ne va pas être la soirée de ta vie. Mais bon, tu as raison, j’imagine que ça aurait pu être pire. Au moins, je sais que tu n’es pas juste une jolie fille superficielle sans cervelle. Et ça va sûrement te servir ce soir.


Il faut le vouloir pour me supporter, je le sais bien. Je suis pas le plus grand des bout-en-train. Tout du moins, pas quand je me rend à une soirée que je sais d’avance qu’elle va me gaver. J’ouvris la portière côté passager à Jewel, l’invitant à prendre place avant d’aller m’asseoir du côté passager. Ce n’est qu’une fois le moteur en route que je lui répondit :

- Nous allons à l’Université. Pour faire simple, il s’agit de la cérémonie de fermeture d’une semaine entière de conférences. Des érudits du monde entier sont venus y participer. A part boire du champagne et manger des toasts. Il n’y aura rien de bien intéressant à faire. Si ce n’est se lancer dans un concours de “qui a le jargon le plus professionnel et incompréhensible”. Je déteste ce genre de soirée. Ce genre de personne m’agace.

J’y allais bien parce que c’était mon devoir. Sinon j’aurais volontiers passé ma soirée dans mon canapé, devant une série, un film ou juste à lire un bon livre. Mais c’était trop tard pour faire demi-tour maintenant.

- C’est quoi ton nom d’ailleurs ? Il est possible que j’aie à te présenter. Et je ne peux pas me contenter de Jewel, une barmaid, escorte à ses heures.

Un peu de tenue quand même. Je n’aimais pas mentir, donc je me contenterai de l’essentiel. Mais il m’en fallait quand même un peu plus qu’un simple prénom.
code by bat'phanie

_________________
« Sad but True »
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
*

Messages : 192
Race : Humaine
Emploi/Études : Barmaid, escorte, masseuse, étudiante en architecture
DC : None
I think I have a heart attack
But you make me wanna act like a girl, Paint my nails and wear high heels, yes you, Make me so nervous, that I just can’t hold your hand, You make me glow, But I cover up, won’t let it show, So I’m puttin’ my defenses up 'Cause I don’t wanna fall in love, If I ever did that, I think I’d have a heart attack, I think I’d have a heart attack

La situation était tellement étrange. Je me doutais bien que ce risquait d’arriver un jour, mais que ce soit un client avec qui je m’étais liée d’amitié? Probablement pas… Pourtant, je savais que certains clients étaient respectables, qu’ils n’étaient pas tous des trous du cul sans faille, mais il y avait toujours cette petite part de moi qui disait que c’était de mauvaises personnes… Je dirais que c’est surtout par mauvaises expériences… Les gens bien qui venaient nous chercher étaient si rares… Donc étais-je mal tombée ce soir? Je n’étais pas encore sûre… Peut-être que ce qu’il me démontrait au bar n’était pas vraiment lui ou sinon j’étais bien tombée ce soir et pour une fois je passerais une soirée pas trop cauchemardesque. Enfin… j’espère..

J'écoutai la raison pour laquelle il était présent devant moi et pourquoi il avait besoin de compagnie. N'était-il pas suffisamment grand pour décider lui-même s'il voulait y aller accompagner ou pas? Étais-ce vraiment nécessaire d'être accompagné à cette soirée? « Je vois, mais elle avait peur que tu t'ennuies ou simplement que tu ne sois pas totalement et vraiment pas seul? Elle croit que tu vas faire une bêtise ou quoi? » J'essayais de savoir un peu ce qu'il attendait de moi pendant cette soirée. Je voyais bien qu'il n'était pas à l'aise et voir même mécontent d'être ici à venir me chercher, mais après tout ce n'était pas moi qui avait demandé d'avoir une escorte. Ses remarques me prirent de court, avant que je ne me mette à rire. « Ah bon? Tu pensais que les escortes c'étaient que des jolies filles sans cervelles? Bon je dois avouer que c'est le cas de plusieurs, mais pas de toutes. » Je passai ma langue sur mes lèvres et malgré ce commentaire, je me montrai d'humeur plutôt joyeuse. Je ne pouvais pas lui en vouloir, nous étions en majorité méconnue... On croyait souvent que les escortes étaient que des greluches qui accompagnent, qui n'ont pas de tête pour réfléchir et qui finissent par ouvrir les jambes, mais faut croire qu'il y avait toujours des exceptions. « Mais bon je peux comprendre les croyances que tu as sur ce... job si on peut appeler ça ainsi. Par contre, je ne crois pas que ce soir j'aurai tant à jouer un jeu. Enfin, à me forcer comme tu dis... Quand je me force c'est surtout quand je ne connais pas du tout la personne ou encore quand je sais que c'est une mauvaise personne, alors que toi, je ne crois pas que ce soit ton cas! »

Prenant place sur mon siège, je posai ma petite bourse sur mes jambes et bouclai ma ceinture. Je tournai légèrement la tête vers mon interlocuteur et demeurai un peu songeuse de ses paroles. Au moins j’allais être en terrain connu à l’université. Un sourire en coin, sans aucune malice, ni aucun jugement se forma sur mon visage. Je n’étais pas méchante et je ne jugeais pas les gens. De toute façon, s’il y avait bien quelqu’un qui était mal placé pour juger c’était bien moi! « Tu ne sembles pas apprécier être avec des gens de base, je me trompe? Mais pourquoi te sens-tu obligé d’y aller? Tu y as fait des expositions? Ou une conférence en particulier? » Je cherchais surtout à comprendre. Bien que je me doutasse que je n’allais pas parler de la soirée, enfin autre qu’à lui, je cherchais tout de même certaines réponses afin que si l’on me pose des questions, je puisse répondre sans avoir l’air totalement ignare de ce qui se passait.

La prochaine question me fit me raidir sur mon siège. Mon nom? Mon cœur se mit à battre à tout rompre dans ma cage thoracique et j’eus chaud. Pourquoi? Qui ça intéresserait vraiment mon nom? Qui m’accorderait suffisamment d’importance pour s’en souvenir? Je n’étais qu’une humaine qui semblait sans ambition. « Je… » Sur le coup, mon nom refusait de franchir mes lèvres. Je me faisais un point d’honneur de séparer mes deux vies… J’allais probablement connaître personne ce soir alors à quoi bon qu’il sache mon véritable prénom plutôt que mon nom de prostituée? Je fermai les yeux m’obligeant un tant soit peu au calme. J’allais péter du cœur si je continuais sur cette voix. « En fait, c’est pas mal ma réalité… Mis à part que je vais à l’université à temps partiel pour finir mes études d’architecture, je ne fais pas mal que travailler au bar et accompagner les gens qui le demande et paie grassement mon… » Ta gueule Meg… Sérieusement tu parles beaucoup trop. Que faire? Allais-je le lui donner et risquer que quelqu’un vienne au bar et donne mon véritable prénom? En même temps… Si au bar je donnais Jewel, je crois que c’était surtout par habitude de donner ce nom quand on me le demandait dans l’intimité de la maison close. Je respirai un grand coup avant de regarder par la fenêtre. Lui faisais-je assez confiance pour le lui dire? J’avais tellement l’impression que lui dire signifiait qu’il allait entrer dans ma vie personnelle… Gosh que c’est effrayant. Je ramenai mon regard sur lui. « Mon vrai nom c’est Megsie. Tu n’auras qu’à dire que je termine mes études et que je travaille au bar pour arriver à payer mes affaires… Mais tu peux clairement passer par-dessus le fait que j’accompagne les gens. Ce n’est pas nécessairement l’aspect de ma vie dont j’en suis la plus fière. » Je me sentais honteuse oui. Ressentir ce besoin immense de me cacher en permanence était tellement épuisant… Pour qui allais-je passer à ses yeux maintenant? M’en souciais-je vraiment? Oui… une petite part de moi craignait réellement ce que les gens pouvaient penser de moi s’ils découvraient la réalité. Me contentant de maintenant regarder défiler le paysage par la fenêtre, je tentais de dealer avec ma profonde solitude intérieure.

code by black arrow


_________________
it’s you and i
we are clumsy newborns with curious hands. we are the stars that caught fire in the cosmos, generations before the earth pressed it’s molten clay together. ▬ once, we were the youngest creatures to ever exist. now, we are poets and landmines. we are volatile and reckless and in love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 24
Race : Humain
Emploi/Études : Scientifique, vétérinaire
DC : /

WHAT IF I SAY I’M NOT LIKE THE OTHERS
What if i say i’m not just another of your plays. You’re the pretender. What if I say I will never surrender.
Je grimaçai. Pourquoi autant de question, ça m’agaçait d’y répondre. Jewel avait de la chance que je l’appréciais et aussi que j’étais forcé de passer la soirée avec elle maintenant. Sinon je l’aurais juste ignoré et je serais parti. Je sais, c’est pas très sympa de ma part. Mais j’aime pas ces soirées, je suis sûr les nerfs, il ne faut pas m’en demander beaucoup plus. Sincèrement, pourquoi on devait se prendre la tête comme ça ? J’en avais rien à faire de ces sortes de soirées chics, je n’avais pas accepté de participer à ces conférences pour savourer du champagne à la fin, c’était sûr et certain.

- Qui sait ce qu’elle avait derrière la tête. La connaissant, ça pourrait très bien juste pour m’embêter, parce qu’elle sait que je n’aime pas ça.

Je n’allais pas mentir à Jewel. Je n’aimais pas ces soirées et je n’aimais pas y aller avec quelqu’un que je ne connaissais pas. Alors ne plus l’idée de payer une escorte. Je trouvais ça ridicule. Pour quel genre d’homme je passais ? Heureusement que je connaissais Jewel. Au moins elle me croyait quand je lui disais que je n’étais pas à l’origine de cette idée. De toute façon, elle ne m’aurait pas cru que ça aurait été pareil.

J’affichai un sourire en quoi en entendant ma compagne de ce soir rire. Au moins elle ne se vexait pas pour un rien. C’était peut-être pour ça qu’on s’entendait aussi bien.

- En gros, oui. Mais je veux bien te croire et j’espère pour vous. Si je puis me permettre, c’est du gâchis d’être intelligente et de ne pas trouver mieux à faire de sa vie. Mais j’imagine que tu ne fais pas des études simplement pour prouver qu’on peut être une escorte et avoir de l’esprit, n’est-ce pas ?

Tout du moins je l’espérais. Si Jewel me répondait oui, alors… Je crois que je ne pourrais plus rien pour elle. Pas que je puisse grand chose en ce moment même. Mais si une escorte faisait des études pour la raison que je venais d’énoncer au dessus, alors elle ne valait pas beaucoup mieux que les autres au final. Je ne voulais pas forcément être méchant envers Jewel. Je ne faisais que dire ce que j’en pensais. Je me doutais, quelque part, qu’elle ne faisait pas forcément ça par plaisir. Je n’étais pas assez bête pour croire que chaque escorte était là par choix. Après, la raison pour laquelle Jewel faisait ce travail ne me regardait pas.

Je souris à nouveau, deux en un soir, ça faisait beaucoup. Mais quelque part, j’étais flatté par les paroles de ma compagne. Ca me rassurait aussi de savoir qu’elle n’allait pas avoir à se forcer à jouer un rôle avec moi. Je n’aimais déjà pas trop cette situation alors si en plus Jewel n’était pas à l’aise, ça aurait été une soirée encore plus terrible.

- Et bien… Merci, j’imagine. Et tant mieux à vrai dire. Ca nous laisse un espoir de relever le niveau de cette soirée et ne pas trop s’ennuyer ensemble.

C’était aussi pour ça que j’étais rassuré quand ma colocataire était là. Parce que je savais qu’on s’entendait bien et qu’à défaut de passer un bon moment avec les autres personnes présentes, je pouvais toujours discuter avec elle. Et il pourrait en être de même avec Jewel si elle ne prenait pas ma présence comme une punition. J’invitais la jeune demoiselle à prendre place en voiture et commençait à lui parler de cette fameuse soirée où on se rendait. Qu’elle sache dans quoi elle mettait les pieds.

- En effet. Je n’aime pas quand il y a trop de monde. Je n’aime pas être entouré. Mais je ne vais pas jouer les gamins capricieux. J’ai des responsabilités je les assumes. Et oui, j’ai tenu une conférence sur une façon de coupler la médecine moderne et les plantes médicinales. J’ai assisté à toutes les conférences et expositions que mon emploi du temps me permettait. Donc c’est la moindre des choses que je me présente ce soir, même si ça m’agace.


Mais il n’y avait pas eu énormément de monde à ma conférence. Il faut dire que les Tysts partaient du principe qu’un humain ne pouvait pas être aussi intelligent ou presque, qu’eux. Et d’où je me permettais une telle conférence ? Après tout, je n’étais QUE botaniste et vétérinaire, je n’avais pas de réel diplôme en médecine, ça ne m’empêchait pas d’avoir étudier le sujet. Mais voilà, c’était toute la logique de notre société. Puis allez dire aux Tysts qu’il existait une meilleure façon de procéder que la leur.

Je regardais la route, je ne pouvais donc pas faire attention à ma compagne, mais vu son silence, je sentis que ma question l’avait prise de court. Pourtant elle était simple. J’avais presque envie de sourire, je sais pas trop pourquoi, j’étais content de l’avoir mise dans une position délicate ? Ce n’était pas très sympathique. Ou peut-être que c’était juste sa réaction qui m’amusait. Après tout, ce n’était qu’un nom. Par contre c’était sûr, ça réponse m’amusa. Je lui répondis sur un ton doux et sympathique, ce qui ne m’arrivait pas souvent à vrai dire. Mais j’aimais bien Jewel, enfin Megsie. Alors j’imagine que c’était pour ça que j’en arrivais à être moins grincheux en sa présence.

- Tu n’étais pas obligé de m’en dire autant. Je me serais contenté d’un faux nom aussi. A vrai dire, je m’attendais plus à un nom de famille. A moins que tu n’aie envie de prendre le miens. Mais je doute que ça sonne très bien. Jewel Fisker, Megsie Fisker ?

Je lâchais un petit rire. Comme quoi, j’arrivai à oublier un peu où on allait et à quel point cela m’agaçait.

- Plus sérieusement, tout le monde va t’appeler Mademoiselle… Et ton nom de famille. Quoique certain ne se donneront même pas la peine de s’en rappeler ou de nous adresser la parole. Après tout, il y aura beaucoup de Tysts et nous ne sommes que humains.


On sentait le dédain dans mes mots et c’était fait pour. Je faisais assez confiance à Megsie là dessus. Je savais qu’elle n’était pas une Tysts et donc qu’elle comprendrait ce que je veux dire.

- Je dirais simplement que tu finis tes études alors, ce n’est pas la peine de s’étendre plus. Ce n’est qu’une soirée tu sais, on a pas besoin de tout ton CV. Puis crois-moi, on va faire en sorte de pas passer la nuit là bas.

C’était vraiment histoire de se présenter là bas, d’y passer un peu de temps, d’écouter quelques discours de remerciements, boire une coupe, discuter un peu et quitter les lieux. Rien d’exceptionnel. D’ailleurs, nous arrivâmes à l’université. Je garai la voiture et invitai Megsie à me suivre.

HRP:
 
code by bat'phanie

_________________
« Sad but True »
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
MEGSIE + What if I say I'm not like the others.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shards of Hope ::  :: Point Grey :: UBC-