Sign of time - Clyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar


Messages : 136
Race : humaine
Emploi/Études : garagiste à Downtown
DC : /
Sign of time
De son rire, se trace des lignes sur sa peau. Les rouages du temps, ressentir ressemble à ça... des cartes dessinées sur nos peaux.


Il pose ses mains sur les miennes, pour les baisser et je suis l'acte de mes yeux. Il me manque une explication, qui finit par venir... Et je ne suis pas au bout de ma surprise. Je forme un "o" de surprise d'ailleurs de ma bouche, reculant la tête, fronçant les sourcils et reposant mon regard sur lui. "Mais pourquoi...?" Est la seule phrase plausible à placer, les seuls mots qui ont un sens et nécessitent une réponse, une vraie j'entends. Je bouge les mains en l'air, j'essaie de mes doigts, d'effleurer l'incroyable et l'impensable. "On est d'accord, un Tyst ne ressent rien, pas de compassion, pas de pitié, pas d'humanité...?" Lui demandais-je en faisant quelques pas sur place. "Du moins pour la version officielle..." Puis je m'arrêtais pour me mettre vraiment en face de lui, tenter d'y voir autre chose que l'air strict, le regard froid et la moue ferme.

"Pourquoi avoir prit la faute pour vous? On ne se connait pas, même pas un peu, j'ai juste changé les roues de votre moto... et" Je déglutis en pensant à l'autre chose, revoyant en flash dans mon esprit, le Tyst tomber droit comme un "i", à la renverse avec son trou dans la tête. "... pourquoi vous soucier que je fuis ou non, si vous aviez prit le parti de me... protéger." Le dernier mot me semble insensé, aucun Tyst ne nous protège jamais, c'est illusoire, et là, il venait de doublement le faire. Peut être me répondra t-il une banalité pour noyer autre chose, cette chose qu'il m'a semblé entrevoir au garage. La curiosité est humaine, c'est un sentiment, et pas quelque chose qu'un Tyst ressent... le Tyst doit ressentir plus le devoir, mais ce n'était pas par devoir qu'il voulait regarder comment je faisais, ni par défiance, c'était de la curiosité, de la vraie. Je fermais la bouche un instant, passant ensuite la langue sur mes lèvres et une main dans mes cheveux. "Je ne sais pas votre nom." Dis-je de but en blanc, en sautant allègrement du coq à l'âne pour le coup. J'aurais pu rebondir sur ce qu'il me répondit, mais peut être que moi aussi, j'avais besoin de noyer le poisson.

La pluie commence à tomber finement sur nous, imprégnant mes cheveux ondulés de gouttes d'eau, et le rendant étrangement plus attirant qu'il ne l'était au premier abord. Il n'existe pas beaucoup de moments dans ma vie, dont je voudrais me souvenir, ou qui s'imprégneront vraiment dans ma tête... Mais j'ai l'impression que la rencontre avec Clyde, allait me rester en tête, et me hanter certainement.

code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 110
DC : Not yet :hihi:
Sign of time
De son rire, se trace des lignes sur sa peau. Les rouages du temps, ressentir ressemble à ça... des cartes dessinées sur nos peaux.


Tu te convaincs que tu agis par instinct, que c'est rien de plus profond que ça, mais ton instinct c'est plus le même depuis quelques temps. Ça cache quelque chose de beaucoup plus profond, un mal que t'arrives pas à détruire, ni même à contrôler, pour ce que ça compte. T'es pas le genre à abandonner, te dire que foutu pour foutu … Non toi tu cherches les solutions, tu veux des solutions. T'accepteras pas qu'on t'efface de l'histoire des Tysts comme si tu n'avais jamais existé seulement parce que ta nature profonde, celle que tu méprises, celle de tes ancêtres, beaucoup, beaucoup trop lointains pour qu'on s'en souvienne, revient et que tu ne sais pas comment l'arrêter. Mais on a coupé tes sentiments une fois, même si tout n'est que génétique, tu restes persuadé qu'il y a des réponses, quelque chose pour te les enlever de nouveau. Parce que tu ne veux pas ressentir, tu ne veux pas devenir comme ces monstres que tu chasses, comme ces humains qui éprouvent tellement qu'ils souhaitent beaucoup trop souvent se donner la mort. Alors tu ne dis rien, pas pour le moment, tu te contentes de l'écouter, de la voir essayer de comprendre alors même qu'elle ne pourrait saisir le quart de ce qu'il se passe dans ton esprit. Même toi tu ne le saisis pas. Ces idées, ces états d'âme que tu expérimentes pour la première fois, tu ne veux pas savoir d'où ils viennent, tu veux seulement qu'ils disparaissent. Mais t'es pas con au point de la livrer aux tiens juste pour te prouver que tu peux redevenir celui que t'étais.

Pour répondre à sa question … T'as cet honneur, déjà. Elle t'a sauvé la vie, ça ne tient qu'à toi de sauver la sienne, et tu risques pas grand chose en le faisant tant est que ses collègues fassent pas les malins en racontant partout autour d'eux que leur petite blonde a tué un tyst. Ce genre d'informations qui pourraient remonter là où tu ne veux pas que ça aille. « Je suis pratiquement intouchable pas vous... Et vous m'avez sauvé la vie. » Une partie de la vérité, pas toute. Parce que ce qu'elle implique, même toi pourrait pas mettre de mots dessus. Un humain parlerait de reconnaissance et de culpabilité, toi tu ne vois que l'étranger. « ça ne sert à rien de fuir quand on a rien à se reprocher, pas vrai ?» La situation pourrait s'avérer presque comique, chacun des protagonistes étant perdus comme vous l'étiez, s'il n'y avait pas eu un mort pour vous amener là. « Tous les tysts ne sont pas aussi détestables que vous vous plaisez à le croire.» Si la notion de bien et de mal n'est pas quelque chose que l'on t'a enseigné, tu sais que tout ce qui touche à ton devoir d'Ombre n'a pas toujours un impact négatif sur les espèces que vous ignorez la plupart du temps. Pas parce que vous y faites attention, mais parce que tes ordres ne concernent que la protection du Conseil et de la communauté Tyst.

« Clyde. Clyde Stoker.» Ton nom, c'est ton identité. Ce qui aurait pu te permettre de passer entre les mailles du filet si elle venait à raconter ce qui s'était passé sans avoir aucune idée de quel tyst il s'agissait. Mais la cacher ne te semblait pas la chose à faire maintenant. « Je ne connais pas le votre non plus.» Pour équilibrer la balance, tu préfères le croire, parce qu'en temps normal tu n'aurais jamais montré le moindre intérêt pour ces détails qui semblent si inévitables pour d'autres. Mais tu changes, Clyde, plus vite que tu ne le pensais au départ. Et la proximité actuelle avec l'humaine n'est pas pour arranger les choses. Entouré de ton espèce, il est beaucoup plus simple de faire semblant d'être le même. La pluie commence à tomber, mais plongé dans tes pensées tu ne penses même pas à y réagir, te contentant d'observer l'eau couler là où sa larme avait eu le temps de sécher.

code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 136
Race : humaine
Emploi/Études : garagiste à Downtown
DC : /
Sign of time
De son rire, se trace des lignes sur sa peau. Les rouages du temps, ressentir ressemble à ça... des cartes dessinées sur nos peaux.


Je grince les dents en silence lorsqu'il parle du fait que je lui aies sauvé la vie. "J'aurais très bien pu être une sociopathe assassine qui a préféré tuer un tyst de plus..." Lui dis-je en lui lançant un sourire débile, comme si ça pouvait mieux expliquer mon acte, que le fait de l'avoir sauvé. "Mais ne jouons pas sur les mots, ce qui est fait... est... et... non je n'ai prit aucun plaisir à ça... je pensais que vous étiez juste des boites de conserves, et que ça ne me ferait rien. Ben c'est faux, j'ai quand même l'impression d'avoir tué un être vivant. ça fait chier. Cette journée entière remet en perspective ce qui a été, ce qui aurait pu être, ce qui... laissez tomber, je divague, ça doit être le contre coup."

Je changeais de sujet, pour ne pas passer pour la tarée, qu'il aurait pu croire que j'étais. Il se présente, et le prénom me fait sourire furtivement. "Je pensais qu'on vous aurait collé un matricule, genre 752B... Vous n'êtes pas vraiment humain, que l'apparence, des cases vides qui font respecter un certain ordre...un truc du genre." Je balaie mes propres paroles, je ne sais plus trop ce que je dis en fait, j'ai besoin d'alcool et de rentrer certainement. "Spencer." Dis-je simplement, de toute façon, il arrivera à me retrouver au besoin, pas besoin de lui donner mon nom de famille. "Je vais rentrer, je vais chopper la mort sinon... " Finis-je par dire, avant de me mordiller la lèvre inférieure, sans trop le vouloir. Sans trop le vouloir, quelque chose chez ce tyst était attirant plus que de raison. Et j'ai jamais été attiré par eux, même pas un peu... J'ai des potes qui aiment ce genre, le genre de marbre, moi je trouve que ça s'approche de la nécrophilie quand même.

Les bras croisés sur ma poitrine, j'ai froid, j'ai tout laissé au garage dans ma fuite. Je lui passe devant, pour aller rejoindre ma moto. "Merci de ce que vous avez fait en tout cas, je suis pas mauvaise, juste... différente." Je montais sur la bécane, et le regardais avant de mettre mon casque. "Je dois faire quelque chose de plus, signer un papier, faire une déclaration ou on est quitte?"

code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Sign of time - Clyde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Episode 5: Bonnie and Clyde.
» SHOULD PRESIDENT OBAMA SIGN THE ORDER WHEN IT COMES TO WIKILEAKS?
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shards of Hope ::  :: Downtown-